The Beaver Slayers of Patagonia


Tout le monde peut voir les changements
et l’impact des actions de l’homme, tout comme ceux des espèces envahissantes. Les espèces envahissantes sont la deuxième menace mondiale sur la biodiversité. Depuis peu, elles risquent de s’emparer du continent. [LA CHASSE AUX CASTORS DESTRUCTEURS] Je travaille au SAG, le service agricole et du bétail. C’est une agence publique du ministère de l’Agriculture. L’une de mes principales tâches
est la surveillance de la faune sauvage. Précisément ici, à Magallanes, nous avons deux espèces très difficiles à contrôler. Le castor et le vison. Le castor a été introduit
en Terre de Feu à la frontière argentine, dans le lac Fagnano. En 1946, 25 couples de castors ont été importés du Canada par le gouvernement argentin. L’idée était d’implanter
l’industrie de fourrure de castor dans la région. Comme on a une grande frontière commune avec l’Argentine, les castors ont vite proliféré dans un écosystème
qui leur a permis d’étaler leur territoire très rapidement. D’après nos estimations, actuellement, il y a environ 105 000 castors dans la région. Je suis garde forestier et administrateur de la Réserve nationale de Laguna Parrillar. Je suis chargé de la surveillance de cette réserve. On va voir la région et surtout ce qui est lié à notre gestion des castors. Ce n’est pas l’habitat naturel de cette espèce,
et malheureusement, elle fait beaucoup de dégâts parce qu’elle n’a pas de prédateur naturel. L’arrivée du castor
n’est pas nécessairement une menace imminente. C’est différent pour chaque région. Mais les institutions ont besoin de plus de ressources pour pouvoir contrôler les castors, ici et plus au sud. Notre défi est de contrôler et de surveiller la région afin qu’ils ne partent pas vers le nord. Le castor est un ingénieur de l’écosystème. Il transforme l’environnement
pour en faire son propre habitat. Quand il colonise une rivière,
il s’y établit. D’abord, il va construire un barrage, parce que dans son habitat naturel,
le cours d’eau lui permet de se créer une zone de sécurité
où il est à l’abri des prédateurs, même s’il n’en a pas ici. Ce barrage a inondé la flore des rives, et là, les arbres ont commencé à mourir parce qu’ils ne peuvent plus
échanger les nutriments avec leurs racines. D’autres arbres meurent
parce que les castors les mangent, ils créent un anneau autour du tronc, ce qui empêche le transfert de nutriments des racines jusqu’aux branches. Quand les arbres des rives sont morts, d’un coup, l’écosystème est exposé à la lumière du soleil. La végétation qui vivait à l’origine sous les arbres, à l’abri du soleil,
commence aussi à mourir. À sa place, d’autres espèces exotiques qui aiment le soleil vont se développer et changer
la structure végétale de cet environnement. Quand un barrage de castors apparaît, ça fait augmenter la faune sauvage de la rivière et ça affecte d’autres espèces
qui vont commencer à disparaître. Ils n’ont pas causé l’extinction des autres espèces, mais ils les ont contraintes à migrer de la flore des rives vers d’autres habitats. Et c’est un prix très élevé du point de vue de la préservation de l’écosystème austral. On se dirige vers la zone du Chorrillo Hermoso, où il y a un foyer de castors et un barrage. D’abord, on va voir
l’énorme impact des changements de la distribution de l’eau et des inondations qui provoquent la mort des arbres par asphyxie. Voici un barrage construit par les castors il y a environ 7 ou 8 ans. L’inondation a été telle
que les arbres du milieu sont morts. Ils utilisent des pierres, de la boue,
des branches qu’ils ont mangées ou ramenées d’autres endroits. On dirait que ces branches sont cousues ensemble, et c’est très difficile à défaire. Tout est enchevêtré. Un des trucs qu’on ne fait pas,
c’est de les détruire complètement. De cette façon, on peut savoir où sont les castors et ainsi les contrôler dans certaines zones. Quand les castors arrivent,
ils commencent par bloquer la zone. Ils remodèlent le paysage,
construisent un barrage et laissent le reste tel quel. Pour que l’eau ne s’infiltre plus. C’est là qu’on fait une petite ouverture dans le barrage où on met le piège. Ensuite, le castor passe dans la brèche et se fait piéger. Ça, c’est le piège 330 Conibear. Il lui faut 2 minutes pour tuer le castor. Il est approuvé internationalement et conçu pour tuer le castor de la façon la plus humaine possible. C’est censé simuler la morsure d’un ours, ça inflige à peu près la même pression. Il passe par là, active les capteurs, la sécurité s’enlève et ça fait ça. Le piège se referme et va le presser. La différence avec la Terre de Feu, c’est que sur la Terre de Feu, la chasse au castor a été interdite pendant plus de 30 ans. Pendant cette période,
les castors se sont multipliés. Depuis qu’il est arrivé dans la réserve, il y a environ 20 ans, on a constamment essayé de le contrôler. Je crois que c’est l’une des pires choses que l’homme ait jamais fait à la Patagonie. On a vu la destruction de la nature et de la forêt, des paysages vierges qu’on avait par ici, depuis l’introduction du castor. Malheureusement, si on ne fait pas ça, si on ne les contrôle pas, ces forêts vont devenir pareils ou pires que dans la Terre de Feu. Comme on est
une agence d’État, on doit suivre les règles de l’État concernant la chasse. Et les lois actuelles considèrent le castor comme une espèce nuisible. Ça nous permet de le chasser tout au long de l’année sans restriction au niveau du nombre de prises. Les lois sur la chasse disent qu’on peut tuer le castor avec une arme à feu. Pendant des années, il a été protégé. Il n’était pas dans la catégorie
des espèces dangereuses ou envahissantes. De fait, il y avait un vide légal quant à sa chasse. Et pendant 30 ans, la population de castors est restée intacte. Je crois que beaucoup de gens, surtout parmi les habitants de Magallanes, sont favorables à la régulation des populations de castors. Cependant, au Chili, beaucoup de gens ne connaissent pas le problème et considèrent le castor comme un animal adorable. Depuis notre enfance,
cette espèce nous est présentée comme un gentil animal qui prend soin de la forêt. Du coup, il y a une certaine hostilité envers sa chasse. Mais pour les contrôler, on doit en tuer certains. Il y a un grand besoin de tirer
de l’environnement des profits économiques. Des gens chassent le castor sur la Terre de Feu et vendent la fourrure. Il y a aussi une demande en viande de castor. Certains chefs ont essayé la viande de castor et la proposent dans leurs menus. On prend le castor et on le cuisine de différentes façons. Aujourd’hui, par exemple,
on a du confit de castor et de l’aloyau grillé. Les gens ont commencé à manger du castor il y a environ 25 ans, mais c’est devenu un produit gastronomique il y a environ 15 à 18 ans. C’est une viande spéciale. Pas très habituelle. Je mets un peu de vin pour que ça caramélise. Un peu de demi-glace,
des oignons et des petits légumes. Le premier castor du soir. Le castor est connu
pour être cuisiné dans les restaurants, mais pas à la maison. J’ai quelques chasseurs qui travaillent pour moi, mais c’est parfois difficile de les capturer. C’est plus facile quand on chasse près du bord, mais quand il faut
rentrer dans l’eau puis le transporter, les gens n’aiment pas ce boulot. Il y a 5 ans, le gouvernement payait pour les queues et d’autres personnes achetaient la peau. Mais ça a changé.
Aujourd’hui, on ne peut plus vendre la peau. Du coup, ils ne vendent que la viande. C’est un bon produit à vendre pour l’alimentation, mais c’est pas une solution. Chasser pour vendre ?
Je sais pas. Je crois qu’on a un gros problème avec le castor. Je pense que l’éradication du castor va être très difficile. On va avoir besoin de grosses ressources économiques et techniques. Actuellement, il y a un certain contrôle dans les régions où leur présence est établie, et il y a des recherches intensives de nouveaux foyers afin de les contrôler là aussi. On ne devrait pas le haïr parce qu’il est là. C’est le résultat d’une action humaine, parce qu’à l’époque,
on ne savait pas ce qui allait se passer. Mais en tant que société,
on doit prendre la responsabilité de les contrôler et de conserver notre habitat naturel.

100 thoughts on “The Beaver Slayers of Patagonia

  1. does anyone believe in karma? Chile killed and masacre the indigenous people here, the mapuche will take their land with them. 
     

  2. The amount of ignorance in the comment section is UN-FRICKING-BELIEVABLE one mofo blames animal rights activists for taking beavers to Patagonia because they were cute when the description of the video clearly says they were imported for the fur trade in 1946. Yet another blames SOCIALISM when Chile is the poster boy country for CAPITALISM (The Chicago Boys, Milton Friedman anybody?)…scientist are 100% right the collective IQ of humanity diminishes by the day.

  3. I tell you man, fucking with beavers is dangerous. You fuck with em a couple of times and they get attached, then they want your stuff and take your land, they build dams to keep your homies out. Word of advice, never tap a beaver twice.

  4. This guy is the master of all beaver knowledge… my question is, did someone fly to Patagonia to interview this guy about beavers for a clip under 11 mins? Can I film for Vice? I'm in Ottawa, Ontario Canada!!

  5. I know I'm not the first person to say this, but I'm going to say it anyway. It looks, to me, like humans are the most invasive animal on this planet. There was a time that we lived with the Earth. Now, we think we are the masters of it. Makes me feel real happy to be a human.

  6. If it became a problem and you are killing them anyway, open up the laws for their hunt. Eat the meat and sell the pelts. This would fix the problem, because people would be motivated to hunt them, and their population would decrease to a healthy level. Killing them with traps and making them suffer in pain for 2 mins is worse than a shot in the head.

  7. Cmon, it's not the flippin beavers' fault. They're doing what they're programmed to do. The Argentinean government shouldn't have brought them where they weren't naturally supposed to be. This is just an extension of human damage.

  8. People are so fucking stupid. Stop releasing animals outside of their native ranges. The shit never turns out well.

  9. Idk if you noticed yet, but this is how evolution works. There's no such thing as an invasive species, all species are there to survive period. Instead of trying to eradicate the animals that have already made their home in other places around the world, we should instead focus on making sure other animals don't invade other parts of the world.

  10. Dang tree-huggers and their "invasive species" griping.  ALL species are invasive.  Some species are just able to adopt better than others  to re-balancing events.

  11. This is a perfect example of what happens when you elect idiots in charge based on campaign slogans and smiles instead of intelligence and track records: you end up with people who are less concerned with the people's well being and more with tapping into a new industry with the prospects of making fast money and lining their own pockets via initiating plans that drastically impact the country despite not having the relevant expertise to craft or implement such a plan or even thinking ahead about the potential, long term disastrous effects such an endeavour will have on the environment. In other words "short term thinking"-which, I find, is self-destructive behaviour exhibited by two species in particular the "domestic turkey" (Meleagris gallopavo) and "the greedy politician"(avari politicus). The Chilean government's decision to carry out this expeditious and callous act against the environment and it's people is a clear indication of their level of concern for their natural resources, it's cottage industries and the very citizens that depend on them.

  12. I'm glad they're finally doing something about this!!! A year ago two beavers came for my wife in the night. They broke into my house, severely beat me with a chair leg they chewed off a chair in the kitchen, stuffed my wife into a sack and ran out leaving me broken, bleeding and wifeless. They used her as a sex slave for the first few months, keeping her in the dam to service various horny beavers. They fed her only twigs and heroin. Then, two months ago they came to the conclusion that my wife had served her purpose and she was no longer useful to them. They took her out behind the dam and executed her in the style of the mexican cartels  They sent me a video of it later that day. Those beavers stole absolutely everything from me, I'm glad someone's finally seeking retribution for their evil.

  13.  Hundred or so GPS tagged male wolves will sort the problem out. Farmers would have to reinforce bounders for live stock, but  all in all looks like the only solution. 

  14. I wonder if they have guided beaver hunts? Would bring in alot of wealthy hunters who really enjoy rodent hunting.

  15. Easy fix , let the poor people of the area have free reign on killing the beavers for food and pelts and boom your problem is solved. Here in Canada we blow up the dam's or just dig them out simple also.

  16. beavers are destroying the natural fauna and flora of my country chile, which to my eyes is more important than the runts of a bunch of city living vegans and living room naturalist. fuck you, you nature disconnected degenerates, most people dont even pay attention when the species threatened look ugly

  17. We have the 'murican way called explosives put some of them explosives on there dam and blow them sky high

  18. In the description, it says "importing 25 pairs of beavers from Canada to Chile". As the video shows, this is wrong; the beavers were imported to Argentina.

  19. bring our beavers back to Canada where they belong and can live freely, in there natural habitat.

  20. Useless furry buck toothed bastards just show up, destroy your trees, corrupt your children with foul music, go on welfare and drive down property values

  21. The areas that I'm from in Canada we have been hunting and trapping beaver Long before I was born. The animals fur makes for wonderful fur felt hats that are warm and water proof. The meat is a little bit gamy but if it is roasted in a stew or grilled medium rare it has a wonderful Full taste. Now you know why it's Canada's national animal. You cannot leave them alone they must be managed.

  22. They should get all the central american guys to stop murdering each other and to start murdering these beavers.

  23. I hope that they are getting help from the kiwis on this. They have to deal with a whole range of introduced mammalian pest species.

  24. Chilean government, give people a dollar a beaver and watch how quickly they go extinct. And itll only cost you 105 thousand dollars to get rid of the worst natural disaster the area has ever seen.

  25. I live in Oregon in the US, it is actually called the Beaver State. In a bit of irony, South America gets out beavers that cause them problems, and we get South American nutria…that cause problems. Humans do dumb things.

  26. It was illegal to hunt beavers in Chili and Argentina until recently. Today, you can only sell beaver meat. You still can't sell beaver furs. Why is anybody surprised that beavers overran and are continuing to overrun the environment? Restart the fur trade and the problem will sort itself out.

  27. Para las personas que quieren proteger a todos los animals de la tierra, la pregunta es simple, Como puede haber una ley protectora de una especie que no es nativa?Si no es nativa, no tiene depredadores naturales y esto no solo pasa en Chile con el Castor, pasa en EEUU con el Jabali, con las serpientes Piton, las Iguanas, por mencionar algunas de las tantas especies, y en el resto del mundo con multiples especies. En USA, como estas especies no son Nativas de la region, la ley de caza no las protégé, por ende el cazador es la unica solucion de erradicarla o por lo menos no permitir que avance.

  28. We're sending Prime Minister Trudeau to live there as well…..so if you didn't like our beaver, you won't like our dick either.

  29. Take away an animal rights activists food and they will be the first ones wanting you to kill an animal for them to eat and if you told them to do it yourself THEY WOULD. As long as they have every thing they need then they point fingers

  30. "This is not the beaver's natural habitat." That's the amazing thing about beavers. They make their own habitat. They have for millions of years remade vast swaths of the topography of Europe and North America with their indefatigable engineering.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyright © 2019 Explore Mellieha. All rights reserved.